Où souhaiter-vous aller dans votre vie?

Étendre ses limites.

Nommez-moi une personne de votre entourage qui ne souhaite pas réussir ou avoir du succès. Il est pratiquement impossible de trouver une telle personne. Et si, par inadvertance, vous connaissez quelqu’un qui démontre ce je m’en foutisme envers sa propre personne, j’ose croire qu’elle est la preuve que l’être humain cherche la réussite et le succès.

Cette façade d’indifférence dissimule, à mon avis, une déception quant à des espoirs passés floués ou encore une protection contre d’éventuels écueils ou échecs.

ressources-plurielles-marseille-003
La vérité est que nous souhaitons tous avancer.

La réalité est que nous souhaitons tous avancer, évoluer, s’améliorer, grandir et ce, dans toutes les sphères de notre vie.  Alors je vous pose les questions suivantes: Où souhaitez-vous aller dans la vie? Quelle direction souhaitez-vous prendre? Jusqu’où pensez-vous vous rendre?

Bien souvent lorsque je pose cette question à mes clients en consultation, ils ignorent la réponse.Tout simplement, parce qu’ils n’ont jamais pris le temps d’y penser. Ils savent qu’ils ne sont pas heureux dans leur travail, sans savoir exactement ce qu’ils souhaitent changer. Pourtant, la citation sur la photo de cette article est sans équivoque: Étendez vos limites et voyez jusqu’où vous pouvez aller.  Mais si on ignore l’endroit où l’on souhaite se rendre, à quoi sert-il d’étendre ses limites? Vers quoi allez-vous mettre le paquet?

Pour vivre une vie plus épanouie, vous devez investir dans votre croissance personnelle.  Cependant, les gens semblent penser que le développement personnel arrive par hasard. Lorsque vous étiez aux études, vous suiviez un plan de développement structuré et programmé pour vous. Vous n’aviez aucun besoin de vous questionner, car la matière vous était donnée.

Et maintenant, à quand remonte votre dernier perfectionnement? Comment espérez-vous obtenir un meilleur emploi si vous n’élargissez pas vos compétences? Comment espérez-vous diminuer vos dettes si vous n’apprenez pas à gérer un budget? Comment souhaitez-vous être un meilleur parent si vous vous ne remettez pas en question et ne lisez sur le sujet?

Le célèbre coach et mentor en marketing relationnel, Tony Raskin, dit que le meilleur investissement en soi est de lire  au moins un livre par mois sur le développement personnel et d’appliquer les principes rapportés dans sa propre  vie. Choisissez d’être proactif dans votre croissance et développement professionnel.

Alors, je vous encourage à vous mettre en mode  croissance intentionnelle et de délaisser la croissance accidentelle. Dans le dictionnaire, le mot succès est défini comme suit:  » le fait d’atteindre les objectifs fixés« . En effet, se fixer de nouveaux objectifs vous poussera à sortir de votre zone de confort et à étendre vos limites. Cela signifie que vous devrez également faire face à vos peurs et vos incertitudes.

Posez-vous la question « Où est-ce que je souhaite aller dans ma vie » et passez à l’action maintenant.

Sandra Chéry est conseillère d’orientation et exerce en pratique privée. Elle offre des services en orientation professionnelle et en coaching de carrière aux adultes désireux de réussir leur cheminement professionnel. Elle accompagne également en contexte de transitions professionnelles et personnelles.

 

Les 6 sources de vitalité au travail

Le travail est la santé !

Oui, le travail est la santé à condition qu’il soit source de vitalité! J’entends par là que pour se sentir comblé et en harmonie avec un emploi, il est souhaitable qu’il nous énergise et nous stimule. Un emploi qui comble nos besoins est un emploi stimulant, motivant. Je vous propose ici une liste de 6 sources de motivation à retrouver absolument dans un emploi si vous désirez vous sentir bien dans votre travail.

  1. Le sentiment d’accomplissement                                                                           Se sentir utile…Sentir que l’on fait une différence… Voilà, en partie, ce qu’un emploi devrait susciter comme sentiment chez un travailleur. Bien souvent, ce sentiment passe par ce que l’on fait avec les autres et il importe de se sentir soutenu en ce sens dans son milieu de travail. La clé à l’accomplissement personnel réside dans le fait de connaître de quelle(s) façon(s) vous vous sentez utile. Est-ce par votre créativité? Par le partage de vos connaissances?

 

  1.  La reconnaissance du travail bien fait
  2.  Le besoin de reconnaissance est personnel à chacun; toutefois, un milieu de travail qui ignore les bons coups de ses employés est une entreprise qui tue la motivation de ses salariés. La rémunération est certainement la forme de reconnaissance la plus connue. Toujours est-il qu’un employé qui se sent considéré par son employeur est un employé épanoui. Que ce soit sous la forme d’un bonjour ou d’un merci, évaluez jusqu’à quel point vous vous sentez reconnu dans votre emploi ou si vous avez l’impression d’être qu’un numéro.

 

La nature même du travail  

Les tâches de vos fonctions sont précises et claires. Vous savez exactement ce que l’on attend de vous et vous êtes en mesure de répondre aux exigences fixées. De plus, le travail vous offre des défis intéressants à relever.  Un emploi routinier tue la motivation.

 

  1. Le niveau d’autonomie                                                                                
  2. Certains milieux de travail n’offre aucune possibilité d’autonomisation à leurs employés. Or, la perception d’un travailleur sur sa capacité de prendre des décision qui affecteront ses conditions de travail est importante. Des exemples d’autonomisation sont la possibilité de gérer son agenda et le nombre de clients à rencontrer. La possibilité de travailler sur un projet de son choix , de choisir son lieu de travail (télétravail) ou de gérer ses heures de travail en fonction d’obligations personnelles ou familiales sont d’autres exemples.

 

  1. Les possibilités d’avancement                                                                                  Je fais référence ici à la possibilité d’occuper d’autres fonctions dans l’organisation. Lorsqu’il occupe un nouvel emploi, le travailleur est comblé par la nouveauté des tâches, mais après un certain temps, le désir de progresser dans sa carrière apparaît. Sans nécessairement chercher à occuper un poste de cadre, les possibilités d’occuper un poste avec différentes fonctions ou comportant un niveau accru d’autonomie est une forme d’avancement.

 

  1. Les possibilités d’apprentissage                                                                            Formation. Perfectionnement. Congrès ou colloque.
  2. Recherchez les occasions de mettre vos connaissances à jour ou d’en acquérir de nouvelles. Demandez à votre employeur de suivre des perfectionnement.   La loi 90, la loi sur les compétences, stipule que certaines entreprises, sous certaines conditions, doivent investir dans la formation de leurs employés. Vérifiez avec le bureau des RH si votre employeur souscrit à cette politique. Advenant le cas contraire, investissez dans votre propre perfectionnement.

Pour conclure, plus un emploi correspond à vos attentes et répond à vos besoins, plus les chances d’aimer votre travail sont grandes. Mais ne vous y tromper pas, le travail idéal n’existe pas. Votre valeur, en tant qu’individu, ne réside pas uniquement dans votre travail. Ultimement, ce qui manque à votre travail peut être cultivé dans d’autres sphères de votre vie.

Les saisons au coeur du changement: l’automne

Autumn / Gold Trees in a parkL’automne. Saison qui annonce la fin de l’été et  la venue prochaine de l’hiver.

L’automne.Une saison de changements. Les feuilles des arbres changent de couleur. Bien que les rayons du soleil offrent une belle clarté, les journées raccourcissent. Tranquillement, les températures chaudes font place à un climat tempéré qui, lui, cédera sa place à la froidure de l’hiver. N’est-il pas merveilleux de voir autant de changements dans la nature ?

Le changement. Une notion plus ou moins bienvenue dans nos vies. Surtout, lorsqu’il fait son apparition à notre insu par un événement fortuit. Associé au changement est la notion de perte, de rupture. Avec le changement vient la fin d’une situation, d’un état. De la même façon que les feuilles changent de couleur pour ensuite tomber au sol, avec le changement vient une perte de nos repères, d’une partie de soi. On avance en terrain inconnu, vers la nouveauté,  une nouvelle identité. Bref, on change.

Toutefois, avant de pouvoir vivre cette renaissance, il importe de passer par l’achèvement, par l’automne du changement.

L’automne du changement est synonyme de confusion, de remises en questions. Souvent, en proie à la colère et au déni, on riposte en guise de protestation face à l’inévitable. La douleur de la dure réalité viendra plus tard accompagnée de la tristesse, du chagrin ou de la mélancolie du passé. L’automne du changement nous dépouille de notre identité, nous désenchante, nous désoriente.

Alors que faire face au changement? Comment l’accueillir? En lâchant-prise. En créant un espace dans son intérieur pour accueillir le deuil de la perte. Il est temps, non pas d’oublier cette partie de notre histoire, mais d’établir une nouvelle relation avec celle-ci. Accepter de découvrir le sens d’une perte aide à tourner la page. Vous pouvez le faire en vous posant les questions suivantes: Qu’est-ce que cet être / cette réalité représentait pour moi?

Ou encore: Quelle énergie ai-je investie dans cette personne / cet événement?

Il est plus facile de de mesurer ainsi la valeur de ce qui a été perdu. Ensuite, procéder à un rituel de lâcher prise est une manière symbolique de représenter le changement que l’on souhaite dans sa vie. Vous indiquerez à votre inconscient de se libérer de son passé.

Pour moi, l’automne de mon changement est survenu avec ma dépression. Il a été difficile pour moi d’accepter que mon endurance au stress ne serait jamais plus la même. Je devais accepter l’idée de ralentir mon rythme de vie. La performance ne pouvait plus servir de mesure à ma valeur. Je suis qui je suis et digne d’être aimée pour qui je suis et non pour ce que je fais. Et bien, mon rituel à moi a été de me couper les cheveux et de donner tout ma garde-robe lorsque je pesais 100 livres de moins.

Je vous partage une expérience quand même assez intense, mais tous les changements n’ont pas à être aussi vifs. Néanmoins, chaque changement comporte son automne.  Accueillez-le, car l’hiver du changement vous attend au tournant.

Sandra Chéry est conseillère d’orientation. Elle offre des services en orientation professionnelle et en coaching de carrière aux adultes désireux de réussir leur cheminement professionnel. Elle accompagne également en contexte de transitions professionnelles et personnelles.