Qu’est-ce qui nous retient..?

 

osez-etre-soi-meme-dans-sa-carriereavec-benoit-lacroix

Qu’est-ce qui nous retient…?

Pourquoi nous retenir d’être nous-mêmes?

Comment oser aller au bout de l’un de nos rêves?

Ces questions, je les aborde tous les jours avec mes clients, avec mes amis et même avec ma mère!

Hier encore, j’écoutais un enseignement de développement personnel. Ce qui revient encore et toujours c’est à quel point nous nous connaissons si peu et passons à côté de notre vie. Enfin, pour certains d’entre nous c’est le cas bien évidemment.

Nous avons été programmés, pour la plupart, à satisfaire les attentes d’autrui dans nos vies comme nos parents, les profs à l’école et plus tard…nos patrons.

Or, très rarement, nous laisse-t-on la place pour être qui nous aspirons réellement être…

Comme quoi, il nous faut prendre cette place avec audace, la peur au ventre, mais avec force et conviction.

C’est pourquoi, je t’invite à voir le deuxième épisode de ma série Rencontres Carrières Inspirantes qui s’intitule Osez être soi-même dans sa carrière.

Benoit Lacroix, coach oratoire et conférencier, nous parle de son cheminement qui l’a amené à oser être lui-même dans toutes les sphères de sa vie. 

Par ailleurs, j’espère que cette entrevue saura toucher ton coeur.

Alors, si tu aimes cette vidéo et que tu penses qu’elle pourrait aider et encourager un proche ou quelqu’un de ton entourage, je t’invite à la partager!

Et, d’ici mon prochain courriel, je te dis
 

Donner du sens à ton travail c’est donner du sens à ta vie!

Réflexion: Et si je manquais d’Amour…

self-love

L’autre jour, j’ai eu un moment de prière et de méditation extraordinaire en compagnie d’une bonne amie. C’était un moment de connexion intense avec le Divin. Et pendant cet instant sacré, j’ai finalement compris ce qui m’empêchait d’être…

  • vraiment moi-même
  • à la hauteur de mes envies
  • brillante
  • un être d’abondance

 

En fait, j’ai réalisé que la peur n’était pas le responsable de mon hésitation à passer à l’action et de faire les choses dont j’ai vraiment envie. Le MANQUE d’amour était la cause.

Je ne suis pas en panne d’amour du Divin; ça j’en ai à la tonne et cette source ne tarira jamais.

Non. J’ai réalisé que j’étais en panne d’amour envers moi-même; cette source d’amour qui part de mon être pour redonner à mon être…

En revisitant dans ma pensée ces moments durant lesquels je ne me suis pas écoutée, que je me suis remise en question, ou que je doutais de moi-même, j’ai compris que chaque fois, qu’une forme de désir commençait à poindre en moi, je  m’appliquais à la détruire à coups de jugement, de moquerie et de mépris.

C’est fou! Pourquoi faire une telle chose alors que cette toute petite graine de vie en moi ne voulait que de l’amour de ma part?

Pourquoi m’adonner à cet auto-sabotage alors que cette minuscule parcelle de mon être n’espérait qu’un tant soit peu de bienveillance de ma part?

Moi, je la détruisais en l’étouffant avec mes doutes et mes questionnements. Par exemple, pendant, un an je me suis battue avec l’idée d’écrire ma première conférence!

Je me disais: Qui voudra t’écouter? Qui sera intéressé par ce que tu as à dire? Tu te prends pour qui? Oprah Winfrey?

Wow!  Que d’ironie de ma part!

Pourtant l’intention derrière l’idée d’écrire une conférence était bonne! Je voulais uniquement partager avec des personnes mon histoire pour les encourager!

Autant de dureté ne peut m’aider ou favoriser ma croissance, ma réalisation ou mon épanouissement personnel.

J’ai compris que lorsque la peur s’installe insidieusement et domine mes pensées ainsi que mon cœur … j’ai compris que l’AMOUR n’est plus là car les deux ne peuvent cohabiter.

Alors si le Divin m’a déjà libéré  du jugement, du rejet et de la calomnie, pourquoi chercherais-je à m’infliger de nouveau de tels traitements? Pour quelles raisons, est-ce que je retournerais dans mes anciennes voies? Tout simplement parce que mon âme, elle, a besoin d’être restaurée et renouvelée à tous les jours. Elle a besoin d’être ramenée au moment présent et  d’être nourrie par mon cœur bienveillant et reconnaissant.

Selon la philosophie orientale, l’Amour a plusieurs fonctions dans nos vies:

  • elle est persévérante
  • elle pardonne
  • elle fait confiance
  • elle ne s’aigrit pas
  • elle croit en le meilleur

Bien souvent lorsque la peur me domine, je me rends compte que  j’ai de la difficulté à me pardonner mes erreurs passées ou je ne crois pas que je suis capable du meilleur. Je manque de persévérance. Bref, je manque d’Amour.

 

Comprenez-moi bien. Je ne prétends pas qu’il faille ignorer ou combattre nos peurs. Loin de là.

Par contre, lorsque la peur nous tétanise au point que nous n’arrivons plus à accomplir notre destinée et à mettre en action ce qui est réellement important à nos yeux, recentrons-nous sur l’Amour. Je crois qu’on accomplit davantage et mieux sous l’effet d’une parole douce et encourageante qu’une remarque blessante et dure. Une caresse a plus d’effet sur une volonté vacillante qu’un coup bien asséné.

Et pourtant..Je continue à me traiter avec dureté et parfois même avec de la violence…Encore une fois, je ne parle pas ici de tolérer l’indolence et de mépriser la discipline.

Je me demande pourquoi il m’est si difficile de faire preuve de compassion et de compréhension envers moi-même alors que je SAIS que le manque d’Amour est une entrave pour moi.

Tout simplement parce que j’en ai une compréhension intellectuelle mais mon cœur, lui, n’a toujours pas compris. Mon cœur ne s’est pas pleinement ouvert à l’Amour pas peur…

  • peur de paraître faible
  • peur de paraître mou
  • peur de passer pour geignarde
  • ou d’être trop sensible…

Et pourtant… La vraie force est celle d’accepter et d’aimer sa vulnérabilité, son humanité…

Ouf! Il me reste encore à travailler beaucoup sur moi-même et sur ma maturité émotionnelle. Et c’est tant mieux! Cela veux dire qu’il me reste encore à apprendre beaucoup sur l’âme humaine et à l’aimer… Il m’en reste encore beaucoup à apprendre sur moi-même et à m’améliorer pour devenir LA Sandra dont j’ai envie…

Ramenons la bienveillance envers nous-même à la une dans nos vies et soyons son disciple.

Parce que, selon moi, sans l’AMOUR de SOI dans nos vies, il nous reste bien peu…

En fait, sans AMOUR envers nous-mêmes, il ne nous reste rien du tout.

[fblike][gplus][tweet]

Leçons d’entrepreneuriat pour une transition de carrière réussie

AAEAAQAAAAAAAAT_AAAAJDhhOGY1ZGU2LTYxNDYtNDE2ZC04MTIxLTFmZTAwZmM5ZGU5OA

 

Cela fera bientôt sept ans, lorsque j’ai décidé de changer carrément de carrière. Je savais à cette époque que j’exercerais à mon compte en tant que travailleuse autonome. Par contre, je n’avais pas la moindre idée de l’aventure qui m’attendait au tournant. Et, croyez-moi, c’est toute une aventure. En aidant plusieurs professionnels désireux de changer de carrière, je me suis rendu compte  que l’entrepreneuriat et le changement de carrière comportaient certaines similitudes. D’ailleurs, avec mes clients, il m’arrive souvent de citer des exemples tirés de l’entrepreneuriat pour approfondir la réflexion sur la transition de carrière.

Décider de changer de carrière est un projet de vie important qui nécessite temps, engagement et motivation. Qui plus est, cela demande du courage car le travailleur entame une réflexion intérieure de fond en acceptant de faire face à ses résistances personnelles, à ses craintes et à ses croyances qu’il devra déconstruire. Le sérieux de ce genre démarche demande une vision lucide de  la réalité du travail afin de mettre toutes les chances de réussite de son côté.

Étudier son projet

Avant de se lancer à son compte, il est fortement recommandé d’effectuer une étude de marché. Pour l’entrepreneur, il est important qu’il connaisse sa clientèle cible et les réalités du marché en termes de concurrence et de besoins pour optimiser son positionnement. Une telle étude permettra également une offre de services claire. En réorientation, le travailleur souhaite réfléchir en profondeur à son futur projet professionnel en étudiant le marché de l’emploi, certes,  mais en tenant compte de sa réalité intérieure également. Une telle réflexion augmente le succès et le bon déroulement de la transition. Quelques exemples de questions pour approfondir cette réflexion sont :

  • Quels sont les talents et compétences je souhaite mettre de l’avant?
  • Quelle culture d’entreprise ou environnement de travail me permet de mieux performer?
  • Quelles sont les valeurs que je souhaite retrouver dans mon prochain emploi?
  • Quels sont les conditions de travail sur lesquels je ne ferai aucun compromis?

Dans un deuxième temps, rencontrer des professionnels qui exercent le métier de prédilection permettra de côtoyer une autre réalité et de comprendre les enjeux qui y sont rattachés. J’encourage même à faire du bénévolat dans le métier en question (lorsque possible) pour valider les impressions.

Comprendre que cela prend du temps

Démarrer une entreprise exige du temps, de l’effort et de la persévérance. Rare, les entrepreneurs qui ont développé une entreprise viable en peu de temps. De la même façon, changer de carrière exige beaucoup de temps : du temps pour réfléchir à ce que l’on veut vraiment; du temps pour comprendre pourquoi on demeure bloqué dans une situation professionnelle insatisfaisante; du temps pour un éventuel retour aux études ou encore du temps pour mener à bien la recherche d’emploi. Ne vous y m’éprenez pas, rien de tout cela ne peut se faire en criant lapin. Je suis toujours surprise d’entendre des gens en consultation qui veulent changer de carrière en moins de 3 mois…Comme disait un collègue entrepreneur à qui je partageais mes frustrations, il est important de respecter le temps que prend le processus. Changer d’emploi ou de carrière exige de la persévérance et  beaucoup de temps.

Avoir des moyens financiers solides

La section la plus importante d’un plan d’affaires est celle qui porte sur le financement. Un bon plan de financement atteste de la viabilité et du sérieux  du projet entrepreneurial. Sans trésorerie de départ, il est difficile de faire face aux coûts de démarrage d’une entreprise. Il en est de même lorsqu’un changement de carrière est envisagé. La réalité est que bien souvent ceux qui souhaitent changer de carrière ont oublié cette importante variable de l’équation ou ils évitent d’y penser.

 Primo, se faire accompagner dans une réflexion sur un changement de carrière comporte un investissement important de la part du travailleur. Secundo, peu importe les décisions ou les options envisagées, un effort financier sera de mise: un retour aux études, passer à un horaire de travail à temps partiel, prendre une sabbatique sont autant d’alternatives qui demandent un ajustement au niveau des finances. Tercio, l’important est d’avoir une discussion sérieuse avec son partenaire de vie, conseiller financier ou de revoir à la baisse son budget afin que la transition de carrière soit financièrement viable. Si l’argent devient un facteur critique, alors il est préférable de reporter le changement de carrière jusqu’au moment où les économies seront au rendez-vous.

Finalement, changer de carrière est peut-être la meilleure chose à faire pour redonner un second souffle à sa situation professionnelle (je ne regrette pas de l’avoir fait!) Toutefois, il est important de planifier cette transition de vie pour éviter d’autres déboires.

 

Sandra Chéry, conseillère d’orientation, exerce en pratique privée. Elle est spécialiste en reconversion professionnelle en plus d’offrir des services en orientation professionnelle et en coaching de carrière aux adultes désireux de réussir leur cheminement professionnel. Elle accompagne également en contexte de transitions professionnelles et personnelles ainsi qu’en épuisement professionnel.