Réflexion: Et si je manquais d’Amour…

self-love

L’autre jour, j’ai eu un moment de prière et de méditation extraordinaire en compagnie d’une bonne amie. C’était un moment de connexion intense avec le Divin. Et pendant cet instant sacré, j’ai finalement compris ce qui m’empêchait d’être…

  • vraiment moi-même
  • à la hauteur de mes envies
  • brillante
  • un être d’abondance

 

En fait, j’ai réalisé que la peur n’était pas le responsable de mon hésitation à passer à l’action et de faire les choses dont j’ai vraiment envie. Le MANQUE d’amour était la cause.

Je ne suis pas en panne d’amour du Divin; ça j’en ai à la tonne et cette source ne tarira jamais.

Non. J’ai réalisé que j’étais en panne d’amour envers moi-même; cette source d’amour qui part de mon être pour redonner à mon être…

En revisitant dans ma pensée ces moments durant lesquels je ne me suis pas écoutée, que je me suis remise en question, ou que je doutais de moi-même, j’ai compris que chaque fois, qu’une forme de désir commençait à poindre en moi, je  m’appliquais à la détruire à coups de jugement, de moquerie et de mépris.

C’est fou! Pourquoi faire une telle chose alors que cette toute petite graine de vie en moi ne voulait que de l’amour de ma part?

Pourquoi m’adonner à cet auto-sabotage alors que cette minuscule parcelle de mon être n’espérait qu’un tant soit peu de bienveillance de ma part?

Moi, je la détruisais en l’étouffant avec mes doutes et mes questionnements. Par exemple, pendant, un an je me suis battue avec l’idée d’écrire ma première conférence!

Je me disais: Qui voudra t’écouter? Qui sera intéressé par ce que tu as à dire? Tu te prends pour qui? Oprah Winfrey?

Wow!  Que d’ironie de ma part!

Pourtant l’intention derrière l’idée d’écrire une conférence était bonne! Je voulais uniquement partager avec des personnes mon histoire pour les encourager!

Autant de dureté ne peut m’aider ou favoriser ma croissance, ma réalisation ou mon épanouissement personnel.

J’ai compris que lorsque la peur s’installe insidieusement et domine mes pensées ainsi que mon cœur … j’ai compris que l’AMOUR n’est plus là car les deux ne peuvent cohabiter.

Alors si le Divin m’a déjà libéré  du jugement, du rejet et de la calomnie, pourquoi chercherais-je à m’infliger de nouveau de tels traitements? Pour quelles raisons, est-ce que je retournerais dans mes anciennes voies? Tout simplement parce que mon âme, elle, a besoin d’être restaurée et renouvelée à tous les jours. Elle a besoin d’être ramenée au moment présent et  d’être nourrie par mon cœur bienveillant et reconnaissant.

Selon la philosophie orientale, l’Amour a plusieurs fonctions dans nos vies:

  • elle est persévérante
  • elle pardonne
  • elle fait confiance
  • elle ne s’aigrit pas
  • elle croit en le meilleur

Bien souvent lorsque la peur me domine, je me rends compte que  j’ai de la difficulté à me pardonner mes erreurs passées ou je ne crois pas que je suis capable du meilleur. Je manque de persévérance. Bref, je manque d’Amour.

 

Comprenez-moi bien. Je ne prétends pas qu’il faille ignorer ou combattre nos peurs. Loin de là.

Par contre, lorsque la peur nous tétanise au point que nous n’arrivons plus à accomplir notre destinée et à mettre en action ce qui est réellement important à nos yeux, recentrons-nous sur l’Amour. Je crois qu’on accomplit davantage et mieux sous l’effet d’une parole douce et encourageante qu’une remarque blessante et dure. Une caresse a plus d’effet sur une volonté vacillante qu’un coup bien asséné.

Et pourtant..Je continue à me traiter avec dureté et parfois même avec de la violence…Encore une fois, je ne parle pas ici de tolérer l’indolence et de mépriser la discipline.

Je me demande pourquoi il m’est si difficile de faire preuve de compassion et de compréhension envers moi-même alors que je SAIS que le manque d’Amour est une entrave pour moi.

Tout simplement parce que j’en ai une compréhension intellectuelle mais mon cœur, lui, n’a toujours pas compris. Mon cœur ne s’est pas pleinement ouvert à l’Amour pas peur…

  • peur de paraître faible
  • peur de paraître mou
  • peur de passer pour geignarde
  • ou d’être trop sensible…

Et pourtant… La vraie force est celle d’accepter et d’aimer sa vulnérabilité, son humanité…

Ouf! Il me reste encore à travailler beaucoup sur moi-même et sur ma maturité émotionnelle. Et c’est tant mieux! Cela veux dire qu’il me reste encore à apprendre beaucoup sur l’âme humaine et à l’aimer… Il m’en reste encore beaucoup à apprendre sur moi-même et à m’améliorer pour devenir LA Sandra dont j’ai envie…

Ramenons la bienveillance envers nous-même à la une dans nos vies et soyons son disciple.

Parce que, selon moi, sans l’AMOUR de SOI dans nos vies, il nous reste bien peu…

En fait, sans AMOUR envers nous-mêmes, il ne nous reste rien du tout.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *