Qu’est-ce qui nous retient..?

 

osez-etre-soi-meme-dans-sa-carriereavec-benoit-lacroix

Qu’est-ce qui nous retient…?

Pourquoi nous retenir d’être nous-mêmes?

Comment oser aller au bout de l’un de nos rêves?

Ces questions, je les aborde tous les jours avec mes clients, avec mes amis et même avec ma mère!

Hier encore, j’écoutais un enseignement de développement personnel. Ce qui revient encore et toujours c’est à quel point nous nous connaissons si peu et passons à côté de notre vie. Enfin, pour certains d’entre nous c’est le cas bien évidemment.

Nous avons été programmés, pour la plupart, à satisfaire les attentes d’autrui dans nos vies comme nos parents, les profs à l’école et plus tard…nos patrons.

Or, très rarement, nous laisse-t-on la place pour être qui nous aspirons réellement être…

Comme quoi, il nous faut prendre cette place avec audace, la peur au ventre, mais avec force et conviction.

C’est pourquoi, je t’invite à voir le deuxième épisode de ma série Rencontres Carrières Inspirantes qui s’intitule Osez être soi-même dans sa carrière.

Benoit Lacroix, coach oratoire et conférencier, nous parle de son cheminement qui l’a amené à oser être lui-même dans toutes les sphères de sa vie. 

Par ailleurs, j’espère que cette entrevue saura toucher ton coeur.

Alors, si tu aimes cette vidéo et que tu penses qu’elle pourrait aider et encourager un proche ou quelqu’un de ton entourage, je t’invite à la partager!

Et, d’ici mon prochain courriel, je te dis
 

Donner du sens à ton travail c’est donner du sens à ta vie!

3 raisons de ne plus aimer son emploi

email 2

Au Québec, là où le marché de l’emploi est fleurissant, 6 Québécois sur 10 vivent des situations au travail qui font en sorte qu’ils n’aiment plus leur emploi.

Souvent, ces personnes…

  • ont l’impression de tourner en rond

  • ont hâte que leur journée de travail se termine

  • ont de la difficulté, à sortir du lit pour aller travailler

  • ont l’impression d’être prise au piège et qu’ils ne quitteront jamais leur emploi

  • ne savent plus comment gérer la grande charge de stress qu’elles vivent dans leur emploi

J’ai déjà vécu cette horrible situation et ces sentiments désagréables. Et vous? Est-ce que vous vivez ou avez déjà vécu une situation similaire?

Heureusement pour moi, j’ai finalement pu trouver un emploi qui me fait vibrer et qui me rend heureuse. Toutefois, j’ai dû aller chercher l’aide d’un professionnel de la carrière pour identifier ce qui n’allait plus dans ma vie professionnelle et ce que je voulais vraiment.

Maintenant, que je suis moi-même une professionnelle de la carrière, j’ai constaté  3 raisons pour lesquelles les gens veulent changer d’emploi.

 



Changer d’emploi parce qu’ils ont changé

En tant qu’être vivant, l’être humain est en constant développement. Donc, au fil du temps, les attentes et les besoins face à un emploi changent. Par conséquent, il est normal qu’un travail ne convienne plus après un certain temps. Les motifs de satisfaction personnelle diffèrent selon l’âge de l’individu. Les attentes d’un travailleur à la mi-trentaine ne ressemblent pas aux attentes d’un jeune diplômé. Aussi, des événements de la vie comme l’achat d’une maison ou la venue d’une premier enfant changent le regard sur les facteurs de satisfaction au travail. Prenez le temps de vous demander ce qui a changé dans votre vie ou ce que vous souhaitez maintenant d’un emploi comparé au moment que vous avez commencé.

Changer d’emploi parce qu’ils ne sont pas là où ils souhaitent être

 

Un jour, je reçois un client qui m’explique qu’il ne veut plus être serveur dans un restaurant. Cet emploi était tout simplement une jobine qu’il s’était trouvé à la fin de ses études en attendant de travailler dans son domaine de spécialisation. Cela faisait maintenant 5 ans qu’il faisait la même prétendue jobine. Lorsque le temps du bilan de carrière arrive, nombreux sont ceux qui, comme mon client,  réalisent que l’emploi qu’ils occupent ne correspond nullement à ce qu’ils aspiraient au début de leur carrière. D’une certaine façon, tout travailleur est à la recherche de l’emploi idéal. Toutefois, il devient nécessaire de négocier certains compromis pour se trouver une place sur le marché du travail. Cependant, si ce compromis éloigne le travailleur exagérément des conditions d’emploi idéales recherchées, il est fort probable qu’un sentiment d’insatisfaction suivra.

Changer d’emploi parce qu’ils sont rendus au bout du rouleau

 

Je ne souhaite à personne de se rendre au bout du rouleau (littéralement) pour vouloir changer d’emploi. Malheureusement, certains réalisent que leur travail ne leur convient plus uniquement lorsque leur corps envoie un message d’arrêt. Tout est une question d’équilibre: d’un côté, le travailleur qui donne de son temps, de son énergie et de son savoir à l’environnement de travail; de l’autre, l’environnement de travail qui donne au travailleur en retour, salaire, avantages sociaux, reconnaissance, atmosphère de travail agréable et convivialité. Le premier message d’arrêt très connu est l‘épuisement professionnel. Souvent, le salarié s’échine à performer et à surinvestit temps et énergie au travail pour très peu de reconnaissance. Le deuxième message, plus insidieux, est le bore out ou l’ennui au travail qui rend malade.  Le travailleur  éprouve un désintérêt marqué et une fatigue au travail qui conduit à la frustration et à la morosité. Dans le cas de l’épuisement, l’individu est sur-stimulé alors que dans le cas du bore out, il est sous-stimulé.

 

Si vous aimeriez en savoir davantage sur l’insatisfaction en emploi et les solutions que peuvent vous offrir une démarche en coaching de carrière et en orientation,  je vous invite à ma prochaine web conférence-formation GRATUITE, Un emploi à votre image en 90 jours, qui aura lieu le 23 septembre prochain.

 

Cliquez sur ce lien pour vous y inscrire: Webinaire Un emploi à mon image en 90 jours

 


sandra professionnelSandra Chéry, conseillère d’orientation, exerce en pratique privée. Elle est spécialiste reconversion professionnelle en plus d’offrir des services en orientation professionnelle et en coaching de carrière aux adultes désireux de réussir leur cheminement professionnel. Elle accompagne également en contexte de transitions professionnelles et personnelles ainsi qu’en épuisement professionnel

Faites-vous confiance à votre GPS?

Le GPS. Vous connaissez sûrement ce petit bidule que bien des automobilistes ne sauraient s’en passer. En effet, ceux qui ont un pauvre sens de l’orientation comprennent l’utilité de ce système qui permet à quiconque de trouver son chemin entre un point A et un point B.

Cela m’a toujours fasciné lorsqu’une personne se décrit comme n’ayant aucun sens de l’orientation et se remettant corps et âme à cette petite machine. Et un jour, je me suis surprise à me demander si les gens adoptent ce même comportement lorsqu’il s’agit de l’orientation de leur vie.

Souvent, lorsque je suis en voiture avec ma sœur, je fais office de co-pilote: je lui donne les directions alors qu’elle conduit. Cette façon de faire implique que le conducteur a confiance en les habiletés d’orientation de son assistant. Et, il serait préférable que l’assistant ait lui aussi confiance en lui-même, du moins d’une perspective d’orientation dans l’espace. Il s’avère que j’ai un bon sens de l’orientation, donc ma sœur est entre de bonnes mains!

Règle générale, ma sœur a une idée précise de l’endroit où elle souhaite se rendre. Là, où ça se complique c’est lorsqu’elle doit choisir quelle chemin emprunter pour se rendre à destination.

En orientation de vie, bien souvent, certaines personnes n’ont aucune idée de l’endroit où ils souhaitent se rendre dans la vie et encore moins de leur position actuelle! Ils se contentent de suivre au jour le jour un chemin emprunté à tout hasard et ce, souvent, sans prêter attention aux panneaux de signalisation. Pas étonnant qu’ils se retrouvent ensuite dans un cul-de-sac ou dans une route en construction et qu’ils doivent rebrousser le chemin.

Avoir à rebrousser le chemin lorsque vous êtes en voiture comporte son lot d’irritants mais les conséquences sont minimes. Toutefois, rebrousser le chemin (ou changer d’idée) face à un cul-de -sac dans sa vie professionnelle comporte des conséquences plus significatifs.

Imaginez, passer plusieurs jours, mois ou années à s’investir dans un projet pour finalement réaliser que l’on s’est trompé! C’est douloureux, voire désespérant. Pourtant, les panneaux de signalisation étaient clairs; vous empruntiez la mauvaise voie. Il y avait des signes que vous avez choisi d’ignorer ou banaliser. L’entêtement à vouloir poursuivre dans l’espoir que la situation puisse changer a été l’erreur fatale.

Sérieusement, il serait insensé de ma part d’être au volant et de ne pas tenter d’éviter un mur vers lequel je suis en train de foncer! Alors, pourquoi continuer dans un programme d’études alors que vous réalisez que ce n’est pas le bon? Pourquoi continuer dans un emploi qui vous ennuie et qui vous sape le morale? Il y a des signes (votre intuition, vos malaises, votre manque de motivation) qui indiquent le sérieux de la situation; mais vos raisonnements et vos croyances vous convainquent du contraire jusqu’à ce que vous ayez à rebrousser le chemin.

Apprenez à connaitre votre GPS interne. Écoutez vos signaux et faites-vous confiance. Vous épargnerez ainsi de l’argent à dépenser chez des professionnels du mieux-être, des congés de maladie, de l’anxiété et du stress. Apprenez à vous écouter, à vous respecter et à mettre vos limites. Vous en sortirez grandi et gagnant.

Sandra Chéry, conseillère d’orientation, exerce en pratique privée. Elle est spécialiste en valorisation de potentiel en plus d’offrir des services en orientation professionnelle et en coaching de carrière aux adultes désireux de réussir leur cheminement professionnel. Elle accompagne également en contexte de transitions professionnelles et personnelles ainsi qu’en épuisement professionnel.