Huit moyens de développer sa persévérance

 

Persévérance.  Hmmm…

Pas très populaire comme mot. Pourquoi? Et bien, parce que  ce mot  sous-entend la nécessité de tenir bon, de payer le prix pour obtenir ce que l’on veut et de fournir des efforts face à des obstacles ou à l’adversité.

Vous êtes dans un emploi que vous aimez? Vous êtes travailleur autonome ou encore à la tête d’une équipe ou d’un département? Alors, la persévérance doit faire partie des compétences génériques ou transférables  à développer pour avoir du succès dans vos projets!

Continuer la lecture de « Huit moyens de développer sa persévérance »

Les 7 croyances qui maintiennent l’indécision professionnelle

Young man with migraine

Il y a des moments lors desquels exprimer un choix quant à sa situation professionnelle devient difficile, voire quasi impossible. Et avec raison, les enjeux sont importants. Vous ne voulez pas vous tromper ni déplaire. Et puis, si vous veniez à échouer, que feriez vous? Finalement, avez-vous vraiment envie de vous lancer vers l’inconnu et de faire face à l’insécurité financière en décidant de changer d’emploi ou en retournant sur les bancs d’école?

Pourtant, les signes sont là; vous n’aimez plus votre emploi. Le matin, vous n’avez tout simplement pas envie de sortir du lit pour aller travailler. Votre employeur a changé la nature de vos tâches, et votre travail n’est plus ce qui l’était. Dans des conditions pareilles, il devrait être facile de vous décider et d’aller voir ailleurs. Et bien non, la peur vous tétanise et vous optez pour le statut quo, c’est-à-dire, ne rien faire et continuer de subir une situation professionnelle qui vous isole et qui dépouille une partie de votre vie de son sens!

Plusieurs croyances erronées peuvent contribuer à l’indécision et la maintenir. Or, avoir les bonnes informations facilite de beaucoup la prise de décision. Il existe 7 fausses croyances∗ qui peuvent freiner votre envie de changement et rendre plus ardu la décision de vivre une vie plus épanouie dans laquelle vous vous accomplissez. Je vous propose de vous les partager ainsi que des visions plus réalistes qui faciliteront le changement dans votre vie.

  1. Je dois avoir l’approbation des autres avant de prendre une décision
  2. Je dois posséder toute l’information avant de me décider
  3. Je n’ai pas le droit de changer d’idée une fois ma décision prise
  4. Les conséquences d’une mauvaise décision sont désastreuses
  5. Je suis la seule personne responsable de cette décision
  6. Je ne dois pas consulter d’autres personnes pour m’aider à faire un choix , car elles risquent de m’influencer
  7. Je dois me décider dès que quelqu’un me le demande

À la lecture de ces croyances, vous remarquerez que le mot devoir apparaît fréquemment. Souvent, l’utilisation des je dois ou des je devrais est une tentative de stressvous motiver à faire quelque chose sous peine de punition dans le cas contraire. Lorsque vous utilisez ces expressions, il y a une menace implicite, non exprimée et vous vous sentez obligé de répondre à cette forme d’obligation.

  • Exemple: Je dois prendre la bonne décision sinon..

Ces critiques créent un sentiment de culpabilité et entretiennent des idées et des émotions négatives telles que l’anxiété, le pessimisme, le découragement, le stress et j’en passe. De plus, ces idées suscitent des attentes irréalistes qui, elles, peuvent mener à la procrastination et à l’inaction.

Voyons ensemble des pensées plus réalistes quant à la prise de décision:

  1. Je ne peux pas toujours avoir l’approbation de mon entourage quand je prends une décision. / Je peux risquer de déplaire  aux autres pour choisir une option qui me convient davantage.
  2. Il est impossible de rassembler et de prendre connaissance de toute l’information avant de prendre une décision, car je dispose d’un temps déterminé et d’une mémoire limitée.
  3. Changer d’idée est normal et il n’y a pas de honte à cela. Je ne peux m’attendre à toujours prendre la meilleure décision du premier coup.
  4. Les conséquences d’une mauvaises décisions peuvent être désagréables. Tant que je ne mets pas ma situation financière en danger, je peux vivre avec les inconvénients.
  5. Il est vrai que la plupart du temps je suis seul responsable de mes choix, mais il se peut que je sous-estime la part de responsabilité des autres dans une décision à prendre, surtout quand elle peut être prise à plusieurs.
  6. Avoir recours à une personne compétente qui me connaît bien ou qui connaît bien la situation peut m’aider à prendre une décision éclairée.
  7. Si je peux reporter ma décision et me donner un peu plus de temps de réflexion c’est à moi d’en décider. / Je ne suis pas toujours obligé de me décider au moment que quelqu’un m’en fait la demande; j’ai le droit  de réfléchir avant de trancher.

Yoga woman sitting on sea coast at sunset.

Avec ces pensées plus réalistes, vous serez en mesure de prendre de meilleures décisions. D’ailleurs c’est le premier pas vers l’écoute de soi et l’épanouissement dans votre parcours professionnel.

∗Source: Sortir de l’indécision de Isabelle Falardeau

Sandra Chéry, conseillère d’orientation, exerce en pratique privée. Elle est spécialiste en valorisation de potentiel en plus d’offrir des services en orientation professionnelle et en coaching de carrière aux adultes désireux de réussir leur cheminement professionnel. Elle accompagne également en contexte de transitions professionnelles et personnelles ainsi qu’en épuisement professionnel.